Spécialité “Biologie et développement cellulaires”

Affilié à l’Ecole Doctorale BioSPC
Service universitaire d’information, d’orientation et d’insertion professionnelle
Établissement co-habilités : Universités Paris Descartes et Paris Diderot
UFR de rattachement : Faculté de Médecine, Université Paris Descartes
paris-descartes

Responsables de la spécialité :

Alexandre BENMERAH (Institut Imagine, INSERM) alexandre.benmerah@inserm.fr

Hervé ENSLEN (Institut Cochin, INSERM) herve.enslen@inserm.fr

Lionel LARUE (Institut Curie, INSERM) lionel.larue@curie.fr

Antoine GUICHET (Institut Jacques Monod, CNRS) Antoine.GUICHET@ijm.fr

Secrétariats pédagogiques :
Paris Descartes : 01 53 10 46 27 /
Paris Diderot : 01 57 27 82 35 /


Biologie et Développement Cellulaires

L’objectif prioritaire de cette spécialité est une formation de haut niveau en biologie cellulaire, destinée à des étudiants souhaitant faire une thèse de Doctorat dans les domaines de la biologie et de la santé et surtout ceux dont le projet professionnel est de devenir Chercheur ou Enseignant–Chercheur après la thèse.

Pourquoi une spécialité en Biologie Cellulaire?

Au cours des dernières années, les progrès de la génétique, de la biologie moléculaire, du séquençage à haut débit ont permis des avancées majeures dans les sciences du vivant et la recherche médicale. Il s’agit maintenant d’identifier à partir de toutes les données disponibles, les grandes « lois » de la biologie. Avec ses très nombreuses approches méthodologiques, la biologie cellulaire occupe une place centrale entre d’une part les approches purement moléculaires et d’autre part les approches intégrées. En ayant pour objet d’étude de l’organisation normale et pathologique de la cellule, la biologie cellulaire forme à la fois à l’étude des tissus spécialisés (neurobiologie, immunologie, endocrinologie), aux processus physiopathologiques généraux (différenciation, développement, vieillissement cellulaire, cancer) et aux interactions hôte-pathogène. Les découvertes récentes de la reprogrammation cellulaire, des cellules souches, du clonage, offrent des perspectives thérapeutiques réelles.

Pourquoi ce M2 en particulier ?

Nous avons une vision multidisciplinaire de la biologie cellulaire et nous offrons une formation couvrant l’ensemble des thèmes et tous les aspects techniques de la biologie cellulaire moderne. L’équipe pédagogique et les laboratoires d’accueil rassemblent parmi les meilleurs spécialistes du domaine en France et au niveau International. La plupart des intervenants font partie du campus inter-Universitaire du PRES Paris Descartes-Paris Diderot élargis à l’Institut Curie et à l’Institut Pasteur et sont des responsables des équipes d’accueil des étudiants en stage de Master ou secondairement en thèse. Les étudiants scientifiques que nous formons obtiennent de très bons résultats aux concours des écoles doctorales et la très grande majorité d’entre eux poursuit en thèse (performance_M2 BDC).

Quels étudiants sont recrutés ?

Bien que constituant un des débouchés naturels des M1 de Paris Descartes et de Paris Diderot (Science et Santé) notre M2 est ouvert a tout étudiants Français ou étranger pouvant s’inscrire administrativement (voir ici les critères universitaires requis), démontrant sa capacité à suivre l’enseignement proposé. Ces éléments sont évalués sur dossier puis lors d’un entretien avec l’équipe pédagogique. L’effectif est limité à 18 étudiants.

Pourquoi s’engager dans une voie « recherche » et des études longues en sciences ?

Pour des étudiants ayant un parcours scientifique, l’obtention d’un doctorat ouvre un nombre de perspectives de carrière beaucoup plus vaste, que ce soit en France ou à l’étranger, avec des niveaux de responsabilités et de rémunération qui sont rarement atteintes, si les études sont interrompues au niveau du Master. Les Ecoles Doctorales (toutes celles des Universités Paris Descartes et Paris Diderot) refusent des inscriptions en thèse ne s’accompagnant pas d’une subvention (salaire et charges sociales) pour toute la durée de la thèse. Les conditions de ressources ne sont donc plus un critère de choix. Les deux conditions fondamentales sont la motivation et la capacité de faire ou non un travail de thèse. L’entretien approfondi avec l’équipe pédagogique sert justement à évaluer cette motivation et cette capacité. Nous pensons que c’est perdre une grande opportunité si un étudiant ne va pas jusqu’au bout de cette démarche.
Pour des médecins ou des pharmaciens, qui de toute façon auront un diplôme de Doctorat, une seconde formation en sciences leur permettra d’effectuer de la recherche biomédicale au même niveau que les étudiants scientifiques ou d’appréhender une carrière hospitalo-universitaire ou industrielle avec un bagage sensiblement accru.